Univers En Racine
Formation en réflexologie qualifiante | Réflexologue agréée | Orcier (74)

Qu'est-ce que la libération émotionnelle ? 

Univers En Racine

Ecole de réflexologie plantaire et palmaire à Orcier  (74) en Haute Savoie - Formation qualifiante - méthode Ingham

Réflexologie plantaire et palmaire à Orcier (74) | 10, chemin de sur les Crêts, 74 550 Orcier

contact@univers-enracine.fr | 06 64 93 25 95 (Appels, SMS, Whatsapp) 

Mentions Légales

Des empreintes émotionnelles inconscientes ou conscientes inscrites dans le corps perturbent votre circulation énergétique et peuvent parfois provoquer des troubles physiques.

J'utilise différents outils selon vos besoins :

  • les mémoires cellulaires
  • la numérologie
  • le magnétisme
  • la réflexologie liée à l'énergétique chinoise en lien avec les organes
  • l'écoute du corps en relaxation active.

 

Vous apprenez à ressentir et reconnaître l’émotion, au travers du corps, en étant à son écoute afin de la libérer.

badge

En arrêtant de fuir vos émotions, en les ressentant, en les vivant, elles cessent de s’imprégner dans vos cellules.

 

Ce travail vous invite alors simplement à observer ce phénomène, à le voir clairement, car dès que vous porterez votre attention sur celui-ci, il deviendra conscient. Et dès qu’un conditionnement est conscient il ne peut pas nous enfermer, il ne peut pas jouer avec nous en nous faisant croire des choses.

 

La libération des mémoires, c’est simplement laisser basculer ce qui est inconscient vers le conscient et seule l’observation et la permission d’être de ce qui est vu est nécessaire.

C’est une thérapie par le corps qui améliore la connaissance de soi, de ses racines ; nous devenons les acteurs de notre vie et non plus les victimes.

 

Les expériences vécues, mais aussi l’influence de notre entourage, notre éducation, nos croyances et nos conditionnements, se mémorisent dans nos cellules.

Nous créons ainsi notre univers, notre perception de nous-mêmes et de notre entourage. Ces mémoires sont tellement ancrées dans ce que nous définissons être « nous », le personnage, que nous sommes simplement convaincus que tout cela est la simple réalité.

 

Toutes ces empreintes nous empêchent de voir clair. Lorsque nous vivons une émotion dans le présent, il y a toujours une résonance avec une émotion passée. 

 

L’expérience peut être totalement différente, mais l’émotion ressentie sera la même.

Il y a toujours une trace, un souvenir qui permet de reconnaître l’émotion.

 

Le mental agit toujours de cette façon, il va enclencher un processus de reconnaissance à travers la mémoire et la comparaison.

Notre corps va retrouver dans sa base de données l’expérience similaire (ou non) et l’émotion y étant liée pour la réactiver.

 

De ce fait, elle peut accentuer, amplifier, voire complètement exagérer l’émotion du présent.

C’est à cause de ce fonctionnement que certains se mettent en colère pour une bêtise, que d’autres dépriment pour un simple incident et que d’autres encore se retrouvent dans des états de terreur et de panique ; on se trouve dans des schémas répétitifs qui provoquent un dérèglement énergétique.

 

En réalité, par pur instinct de survie et pour se protéger de la souffrance, le mental en faisant appel à la mémoire et en comparant l’événement présent à un événement du passé, va automatiquement, s’il croit qu’il y a danger, se mettre à se protéger en se souvenant d’une souffrance passée.

A cet instant, si la pensée traite: « c’est dangereux » ou « c’est souffrant », elle est crue, l’émotion apparaît comme une simple conséquence physique de ce qui est cru comme vrai.

L’émotion est un simple signal de détresse du corps. Pourtant, de façon assez évidente, vous pourrez voir si vous y regardez sincèrement que cela n’est pas toujours (même très rarement) justifié.

 

Les « chocs » émotionnels conscients ou inconscients s’inscrivent depuis la première minute de vie dans le ventre de notre mère et tout au long de notre existence.

 

 Nous nous intéressons également à nos ancêtres, l’héritage généalogique ou génétique des différents « chocs » émotionnels, ainsi qu’à nos conditionnements, notre éducation qui vont en grande partie guider nos impulsions et nos décisions.